CET E-BOOK QUE JE NE PUBLIERAI PAS

CET E-BOOK QUE JE NE PUBLIERAI PAS

 

POURQUOI J’AI DÉCIDÉ DE NE PAS PUBLIER CET E-BOOK

(mais de vous le rendre quand même accessible –
pour ceux que ça intéresse mais qui n’ont pas envie de lire cet article, RV tout en bas de la publication)

***
Au début de l’été, je vous ai partagé mon souhait de créer du contenu sur le sujet de la transition professionnelle. En effet, en progressant dans mes accompagnements, j’ai réalisé que beaucoup de personnes venaient à moi avec des questions sur leur vie pro et l’envie de débloquer leur situation. J’aime accompagner des personnes dans leur projet, j’ai de l’expérience dans ce domaine. Naturellement, je me suis dit que je pourrais me spécialiser dans l’accompagnement de transitions professionnelles. L’idée étant que si je me focalise sur une problématique donnée, mes productions seront d’autant plus impactantes (comme un rayon laser).

***
Ma première étape a été de décider de me rendre visible sur le sujet et ainsi me rapprocher des personnes que je pourrais accompagner. J’ai d’abord publié une série d’articles début juillet. Puis j’ai décidé de créer un e-book et un blog pour partager mes articles (et faciliter ainsi mon référencement sur internet).

***
Cet été j’ai donc passé du temps à comprendre comment fonctionne un site wordpress, à insérer une catégorie Blog et à y republier mes articles (j’y ai passé énormément de temps mais je suis vraiment contente d’avoir repris le pouvoir sur mon site!). En parallèle, je me suis lancée dans la rédaction de cet e-book que j’ai intitulé :
« Les 10 choses que j’aurais aimé savoir avant de quitter mon job ».
Parce que oui clairement, au regard de l’aventure entreprenariale que je vis aujourd’hui, j’ai appris énormément de choses qui m’auraient été précieuses dans mes précédents jobs.

***
La semaine dernière, cet e-book était quasiment prêt à être diffusé.

J’avais pris plaisir et beaucoup de soin à rédiger ce contenu, à travailler sa mise en forme. Mais il y avait quelque chose qui n’allait pas. Plus je pensais à ce sujet de la transition pro, plus je me disais que je devais me former sur le sujet, peut-être me former au bilan de compétences pour être performante. Je me questionnais sur ma légitimité à me spécialiser dans ce domaine en comparaison aux personnes spécialistes des questions RH. Et plus je cherchais à maîtriser ce sujet, plus je me rendais compte de mes lacunes.

« Je prône l’idée de prendre son temps avant de tout quitter parce que moi j’ai pris des décisions radicales, mais je ne sais pas ce que c’est d’être en burn-out, je n’ai aucune connaissance de ces situations où l’urgence se fait de tout quitter au plus vite. »

Je ne me sentais pas animée au plus profond, je sentais que j’avais fait le choix de la raison, celui qui semblait me garantir une réussite plus facile, car plus cohérent avec mon parcours professionnel et mes compétences acquises.

***
Je sentais un tiraillement, mais j’avais du mal à le reconnaître, je ne voyais vraiment pas comment en sortir. Je ne me voyais pas du tout renoncer à cette nouvelle orientation que j’avais prise et qui me paraissait cohérente et pertinente. J’ai mis du temps à me rendre compte que ça avait aussi un impact direct sur les sollicitations d’accompagnement que je recevais. Moins d’engouement de la part de mes clients potentiels, moins de sollicitations concrètes.

***
Et puis une séance de coaching est passée par là, c’était mardi la semaine dernière.

Et ma coach Laure me demande « Et ça donne quoi le thème de la transition pro? ». Je lui raconte le vécu de ces dernières semaines, mon impression de ne pas être tout à fait au bon endroit.
Et voici ce qu’elle m’a répondu

« Tu as confondu tes compétences et ton désir. »

 

(c’est aussi le message de sa Newsletter Les Aventurières ce matin, si vous n’êtes pas abonné, courez-y vite !)

Et j’ai dû reconnaître qu’elle avait raison.

Aller vers le sujet de la transition pro, c’était un moyen de me rassurer, de rester dans le connu. Le sujet m’intéresse mais ce n’est pas ce qui me fait vibrer au plus profond. Je voulais accompagner des personnes à trouver leur puissance, là où moi je n’avais pas trouvé la mienne. C’est l’écueil de beaucoup de personnes qui choisissent la voie de l’accompagnement. Et c’est subtil à repérer.

***
Là, je me suis dit « Ok, ça veut dire que j’arrête tout?! L’accompagnement ce n’est pas ce qui me correspond? »

(je vous épargne le « aaahhhh mais c’est horrible!!! » qui allait avec!  )

Dans l’instant, ce n’était pas du tout la bonne décision à prendre, ça aurait été de la fuite et je le savais. Mais je savais aussi que je ne pouvais pas faire l’impasse de cette question.

J’ai donc décidé d’accepter que je ne savais pas, pour l’instant. Laisser cette ouverture au doute m’a permis de laisser émerger une évidence, qui s’est accompagnée d’une force tranquille : j’aime accompagner mes clients dans la reconnaissance et l’affirmation de leurs désirs et de leurs envies. J’aime inspirer et donner envie. Et j’aime par-dessus tout cette aventure entreprenariale que je vis.

Et voilà, en moins d’une heure, j’avais renoué le contact avec cette partie de moi qui est dans sa puissance, et j’ai pris la décision de réajuster ma trajectoire, de me repositionner pour être plus alignée. A l’écrire maintenant, ça me paraît évident et simple. ça me paraît pas tant révolutionnaire, mais pourtant ça change tout dans l’énergie qu’il y a derrière, en comparaison à ce sujet de la transition pro sur lequel je mettais beaucoup de lourdeur, d’injonctions et de technique.

Bien sûr que ça me m’empêchera pas de continuer à continuer à accompagner des personnes en transition professionnelle, bien au contraire. Mais ma porte d’entrée, celle avec laquelle je vais parler de ce sujet ne sera pas la même et elle sera plus impactante car j’y serai plus vraie.

***
Pourquoi est-ce que je vous raconte tout ça? Parce que je trouve ça important de rappeler l’importance de suivre ses vrais désirs, de montrer toute la subtilité nécessaire pour les reconnaître. Quand on est juste à côté, on n’est pas au bon endroit même si on s’en rapproche et ça change tout. Tu ne peux pas être juste à côté de l’œil du cyclone. Tu y es ou tu n’y es pas (et donc tu vis le calme ou la tempête, ça n’a rien à voir!)

Admettre s’être trompé peut paraître une montagne là où finalement cela va permettre de réajuster sa trajectoire à condition d’être totalement honnête avec soi.

 

En partageant ce que je vis, j’espère vous apporter des clés de compréhension sur ce qui se joue dans cette voie de la reconnexion à soi, vous aider à saisir toute la subtilité des mécanismes de l’égo qui voudrait nous protéger de l’intensité de suivre nos vrais désirs.

Mon égo m’a subtilement amené vers le connu. Puis quand j’en ai pris conscience, il a voulu mettre de la confusion et me faire croire que c’était dangereux, que je devais tout recommencer.

Ce qui a été déterminant face à ces résistances, c’est d’abord d’arriver à les reconnaître, d’être dans l’ouverture face à mes doutes (plutôt que me réfugier dans la confusion ou prendre une décision radicale pour éviter de m’y confronter).

Et c’est de là que la clarté a pu jaillir.

 

Je ne dis pas que ça y est, j’y suis et c’est ce que je vais faire les 20 prochaines années. Non. Je sais juste que c’est ce que j’ai décidé de faire aujourd’hui. Je sens comme cette ouverture et ce repositionnement amènent de la légèreté, plus d’idées, d’envies et de jouissance dans ce que j’entreprends.

***
Ce changement de posture s’est aussi accompagné de la reconnaissance d’un autre désir. Ou plutôt de suivre dès maintenant ce désir qui était là depuis un moment, même si en l’état je n’ai aucune idée de là où il me mène.

J’ai pris une décision importante qui va radicalement changer la couleur de ma trajectoire professionnelle et de mes accompagnements (en tout cas, c’est ce que j’en pressens !).

J’ai hâte de vous raconter la suite de cette histoire.

Je suis curieuse de savoir ce que cette histoire vous inspire.

Est-ce qu’elle fait écho à une situation que vous vivez ou que vous avez vécu?

Est-ce que vous avez de la facilité à reconnaître quand vous ne suivez pas un vrai désir?

Au plaisir de vous lire.

Sophie

Ps. Cet e-book, j’ai donc décidé de ne pas le publier. Enfin pas comme je l’avais imaginé.

La technique la plus couramment utilisée avec l’e-book gratuit, c’est : je communique sur ce contenu accessible gratuitement, les personnes suivent un lien qui les mènent à une landing page (oui c’est un mot que j’ai appris cet été, j’adore apprendre des mots techniques!). De là, en échange de leur adresse mail, elles vont recevoir le lien de téléchargement du fichier. Elles s’abonnent ainsi à ma liste mail mais sont libres de se désabonner à tout moment (merci Mailchimp!). C’est une façon de toucher ma cible et de pouvoir entrer directement en contact avec elle.

Sauf que comme j’ai décidé de me repositionner, cette opération perd de son sens à mes yeux. Mais j’ai malgré tout envie de partager ce contenu sur lequel j’ai travaillé ces dernières semaines.

Aussi, ce que je vous propose, c’est de m’envoyer un mail si vous êtes intéressé par cet e-book et je vous transmettrai le lien de téléchargement en retour : contact@sophielejeune.fr

 

Et vous pouvez aussi vous inscrire à ma mailing list via ce lien: Inscription Newsletter

No Comments

Post A Comment